jeudi 25 août 2016

Stranger things : la série fantastique à la Netflix.


La série se passe dans les années 1980 dans l'Indiana, au sein d'une petite ville sans histoire. C'est lors d'un de ces soirs comme les autres que le jeune Will Byers, rentrant de chez son meilleur ami, disparaît sans laisser de traces. Ses trois meilleurs copains décident alors de partir à sa recherche, et débute alors un enchaînement de phénomènes étranges. C'est au cours de leur quête qu'ils se lient d'amitié avec une jeune fille en fuite, introvertie et étrange, et c'est à ce moment précis que le téléspectateur commence à se rendre compte du rôle de l'Etat dans les disparitions d'enfants...


Généralement, le cadre des séries est souvent anodin et n'apporte rien de particulier à l'histoire, mais pour ce qui est de Stranger Things, c'est un des détails que j'ai le plus apprécié et plus particulièrement l'époque dans laquelle se projette la série, bien avant l'apparition des moyens de communication que nous connaissons actuellement, sans toutes ces ondes néfastes que nous connaissons aujourd'hui et qui nous éloignent parfois de l'essentiel. Ici, les valeurs de l'amitié, forte et fusionnelle, peuvent être exploitées en profondeur et nous en disent long sur les traits de caractère des personnages mais nous poussent aussi à nous mettre à leur place. Il n'est aucunement difficile pour le téléspectateur de se retrouver dans les personnages qui ne sont pour une fois pas des héros extraordinaires, mais de simples enfants avec leur innocence et leur imagination débordante. 


Adepte des films d'horreur, ce n'est pourtant pas l'aspect fantastique de la série qui m'a le plus attirée, mais bien son côté thriller, où le téléspectateur tente de résoudre l'enquête sur la disparition du petit Will en même temps que les protagonistes. Pour celles et ceux qui n'aiment pas regarder les séries en VOSTFR, sachez que la version française de la série est déjà disponible et qu'une saison 2 est en cours de production... 

Bon visionnage !

samedi 13 août 2016

Je lis quoi sur la plage ?



Le soleil fait son grand retour sur toute la France et même si les vacances sont déjà bien entamées, elles ne sont pas terminées ! Alors pour profiter de ces derniers moments de détente, je lis quoi ? Ce sont deux romans que j'ai décidé de vous présenter aujourd'hui. D'une part parce que ce sont les deux derniers livres que j'ai lu, et d'autre part parce que ce sont aussi deux coups de cœur. 

La fille de Brooklyn
Guillaume Musso
Editions XO


Quelques jours avant son mariage, Anna disparaît après avoir tendu une photo à son fiancé en lui disant "C'est moi qui ai fait ça". Ce dernier passe alors des jours à la chercher et à partir sur les traces du passé de sa dulcinée. Les découvertes qu'il fait l'amèneront à résoudre une véritable enquête policière qui n'a jamais vraiment été classée. Comme à chaque fois, j'ai dévoré cette intrigue de Musso jusqu'au bout. J'avais tout de même peur d'être déçue car l'enquête était tellement captivante que j'avais peur d'un retournement de situation comme Musso sait le faire et que l'on découvre qu'il ne s'agissait que d'un canular de l'esprit mais ce ne fut pas le cas ! Musso a su montrer qu'il était aussi très bon dans le roman policier et terre-à-terre. J'avais été déçue par certains de ces derniers ouvrages comme Central Park et L'instant présent que je trouvais être des copier-coller de films déjà existants, mais là, il m'a épatée ! Je ne peux donc que vous conseiller ce bouquin.

La soeur de la tempête
Lucinda Riley
Editions Charleston

Ally et ses cinq sœurs ont été adoptées par un milliardaire aux quatre coins du monde sans jamais savoir d'où elles venaient, ni qui était véritablement leur père adoptif et aimant. Dans ce tome 2 (que j'ai lu sans avoir lu le tome 1 et sans difficulté de compréhension), Ally apprend la mort de son père et elle est très vite touchée par une seconde tragédie. Sa passion pour la voile et son talent lui promettait un avenir tout tracé, mais elle se remet très vite en cause après ces enchaînements de moments douloureux et part à la recherche de son passé grâce aux indices laissés par son père adoptif avant sa mort. Ce roman, c'est une véritable ode au positivisme. Dans un moment où j'avais besoin de décompresser et de me remettre dans le mood, je dois dire qu'il m'a vraiment fait beaucoup de bien et que les 600 pages sont passées en un éclair !

Cet article vous a plu ? 
N'hésitez pas à me donner un petit coup de pouce en le partageant sur les réseaux sociaux ! :)